Organdi
culture,       création,       critique
#6 le hasard

Hommage à Borges

par Matthieu Geoffray

De tous ces cœurs perdus que les rues encombrées Auraient bien pu noyer, une attention portée, Un accident heureux, comme le vent qui passe, Comme la nuit qui tombe, salue ceux qui s’enlacent.

Bras levés vers le ciel pour saluer la joie Des heureux géniteurs d’un roseau parfois roi. La loterie seule décide pour ces hommes Des chemins à suivre vers cette Babylone.

Des mondes morcelés qui bientôt la ceinturent, Ecrasée de luxure surgit cette violence, Qui, sans autre raison que la quête de(s) sens, Déploiera les ailes d’un amour éperdu.



© Matthieu Geoffray / Organdi 2000-2007


Mail

Newsletter

Quelques mots sur nous

Conditions de publications

Admin
(accès réservé )


Imprimer cet article